Skip to main content

Par Alice Vannier, Sacha Ribeiro, Vincent Brière & Voleak Ung
Création 2023, Théâtre – Portés acrobatiques
Version intérieure

Nous arrivons, tou·te·s les quatre, au moment de notre vie où l’on est parti de l’endroit d’où l’on vient, où l’on a quitté son chez-soi plusieurs fois pour le chercher encore, où l’on a aimé et puis plus, été aimé·e·s et puis plus, où nous avons été trahi·e·s et, pour cela, vu notre vision des choses endeuillée, où nous avons trahi aussi parfois et regretté plus tard. Nous avons commencé à quitter, retrouver, perdre à jamais des ami·e·s, des amours, du travail, des rêves. Tous ces moments de vie sont autant de ruptures : dramatiques, libératrices, bouleversantes, joyeuses, soudaines, inévitables, maladroites, violentes… À quel point ces interruptions du cours des choses, qu’on a tendance à assimiler à un passage, un entre-deux, une pause, sont-elles constitutives de notre existence ? Qu’est-ce qui se vit dans un corps à l’arrêt, un cœur blessé, une apnée, un saut dans le vide, une fuite ? Que se joue-t-il dans cet instant précaire entre l’avant et l’après ? Quand certaines de ces ruptures paraissent nous appartenir, uniques, originales, d’autres suivent inconsciemment un protocole déjà bien établi : pré-construit et façonné par la société. À travers ces ruptures, à quel point rejoue-t-on ce qui constitue notre histoire/Histoire et à quel point la réécrivons-nous ? Comment distinguer les ruptures qui relèvent de l’impuissance, du découragement, de celles qui sont de nécessaires et courageuses prises de risque ? Qu’est-ce qui sépare les êtres d’eux-mêmes et des autres ? Qu’y-a-t’il dans cet entre-deux ?

De toutes ces questions, nous est apparue l’envie de créer un spectacle qui serait comme une ôde à toutes ces dernières fois ou tentatives de dernières fois, comme une réflexion à rebours des discours contemporains qui tendent à la positivité en toutes circonstances mais aussi une sorte de cartographie d’une multitude d’expériences vécues, fantasmées, créées de toute pièce et qui, en les juxtaposant, viennent raconter quelque chose de nous. Un spectacle construit autour d’un motif, celui de la rupture, qui ne raconterait pas une « histoire » à proprement parler mais qui aurait cependant une base dramaturgique solide qui se tiendrait de bout en bout et qu’on viendrait accidenter, à l’intérieur de laquelle on ferait des virages, des détours, des ruptures de pensées, de sens, de gestes.

_

Crédits photo : Daniel Michelon